Prix d’une VMC

Que se cache derrière ces trois initiales VMC ? Un sigle pourtant important qui peut changer l’intérieur de votre maison. La Ventilation Mécanique Contrôlée (VMC) renouvelle l’air des pièces d’une habitation. Que ce soit une maison ou un appartement, son rôle est primordial. Il consiste à éviter l’apparition de moisissures sur les murs et les plafonds grâce à sa capacité continue en apport d’air frais. Son installation a été obligatoire dans toutes les constructions neuves depuis 1982.

Outre sa capacité à renouveler l’air d’une habitation, elle élimine également certains gaz nocifs comme le monoxyde de carbone. Le choix du VMC reste cependant ardu. Les modèles qui existent sur le marché doivent faire l’objet d’une petite explication avant un achat.

prix vmc

Plusieurs modèles

La VMC est devenue obligatoire dans les constructions neuves à partir de 1982, avant les maisons n’étaient pas équipées d’un tel système. Pour ceux qui habitent dans une maison sans VMC vous avez la possibilité d’en installer une très facilement. Bien évidemment depuis son apparition, la VMC a considérablement évolué. Elle se décline en plusieurs modèles bien distincts qui ont chacun leurs propres atouts. Pour faire simple, il existe la VMC simple flux, double flux, hygroréglable, VMR, VMP.

Alors comment s’y retrouver avant de passer à l’étape suivante l’installation ?

Le modèle basique simple flux est suffisant si vous souhaitez être en accord avec les normes en vigueur. Elle sera faire le « job » sans que vous vous en aperceviez. Mais en revanche, si vous souhaitez installer une VMC plus performante alors là vous avez du choix. Les modèles plus techniques ont l’avantage de réduire les coûts de consommation en énergie comparés aux modèles de base.

VMC simple flux

Le modèle dit simple flux est comme son nom l’indique le modèle le plus simple. Il est constitué de deux parties, une sortie et une entrée d’air. La première est généralement installée dans la salle de bain et son évacuation se fait par le toit. Le module central de la VMC est quant à lui posé dans le faux grenier ou dans les combles. Sa fonction principale est donc d’assurer un air renouvelé dans la salle de bain. Lorsque vous prenez une douche ou un bain, la vapeur va être aspirée par la VMC évitant ainsi la condensation sur le carrelage, le miroir ou la vitre de la fenêtre. Vous pouvez installer une VMC dans les toilettes avec détection automatique de présence.

Ce système, très efficace, permet d’empêcher la formation des champignons qui créent la moisissure sur les murs et le plus souvent dans les coins des plafonds. Couplée à un moteur basse consommation, cette VMC vous permettra de faire de réelles économies à savoir 70% d’électricité en moins par rapport à une VMC dite classique.

La VMC simple flux a cependant ses limites. Si la buée est trop importante ou que la salle de bain est souvent utilisée pour des douches, la VMC simple flux ne sera pas suffisante et son efficacité sera prise en défaut. On peut alors associer un système dit auto réglable ou hygroréglable qui s’installe sur les bouches d’extraction ou d’entrée d’air. Il va assurer ainsi une meilleure circulation des flux d’air en chassant l’humidité. Cependant, comme tout système, il a ses limites et un autre procédé doit alors être mis en place. Son prix est en revanche attrayant, comptez entre 40 à 450 euros.

VMC double flux

Pour avoir un système plus efficace, il faut alors se résoudre à prévoir une installation plus performante. C’est le cas d’une VMC double flux qui va ventiler l’habitation sans perte de chaleur lorsque le chauffage est en route. Le système est assez simple. Un premier flux d’air rentre dans le logement grâce à un réseau de tuyaux et par un deuxième réseau de tuyaux, l’air chaud est rejeté à l’extérieur. L’aération s’effectue par deux systèmes complètement séparés.

Mais comment ne pas perdre de la chaleur lors de ce brassage, car on apporte malgré tout de l’air frais dans l’habitation ?

Le système a pensé à tout. Les tuyaux qui apportent l’air sont collés aux tuyaux qui extrait l’air chaud. Au contact des deux tuyaux, un échange thermique s’effectue permettant à la maison de garder sa chaleur.

Par ailleurs, elle est dotée de la technologie hygroréglable pour assurer un confort optimal. Le tarif pour ce genre d’installation est compris entre 500 et 3500 euros pose comprise. En règle générale, ce genre de VMC se retrouve dans les maisons récentes. Mais si vous habitez dans une habitation d’un certain âge sans VMC et que vous souhaitez en installer une, il faudra faire appel à des systèmes un peu différents.

Installer une VMC VMR

On parle alors de VMC VMR (ventilation Mécanique Répartie) le plus souvent utilisée par les artisans sur les chantiers de rénovations. L’air est renouvelé grâce à un extracteur indépendant. Une solution adoptée lorsque l’habitation ne permet pas le passage de gaines ou que le coût en serait trop élevé. Elle reste un peu gourmande en énergie par rapport aux autres systèmes plus récents. En terme de tarif, il faut débourser entre 480 et 700 euros pour ce genre d’installation.

Les VMP ont le même profil que les VMR. Elles se posent dans des maisons anciennes dont le gainage dans les murs ou les cloisons est impossible.

Elles demeurent plus simples que les VMR. Elles se présentent sous la forme d’un extracteur d’air qui peut fonctionner à la demande. Il suffit d’avoir un interrupteur de mise en marche et d’arrêt pour la faire fonctionner. Pour être plus efficace, elle peut être reliée à un détecteur d’humidité de l’air et déclenchée par une minuterie. Pour que le système soit performant, il faudra le coupler à une entrée d’air. Vous pouvez acheter une VMP aux alentours de 150 euros.

Établir des devis

Maintenant que vous avez choisi en connaissance de cause votre future VMC, il faut établir des devis auprès des artisans pour avoir une idée du coût total, c’est-à-dire, matériel et pose.

Dans un logement neuf, l’installation d’une VMC simple ou élaborée ne crée pas de difficultés insurmontables. En revanche, dans le logement ancien, parfois les problèmes apparaissent les uns après les autres : manque de place dans les combles pour fixer la VMC, pas de cloisons pour faire passer les gaines… Brefs tout peut s’avérer très compliqué. Si vous êtes malgré tout décidé à vous lancer dans une telle réalisation, il faut faire venir un professionnel qui va estimer le coût global des travaux.

Suivant le type de VMC choisi, les prix peuvent aller du simple au double. Il faudra penser au schéma électrique pour alimenter le système de ventilation et dans les cas extrêmes, le coût éventuel d’une réfection totale des cloisons après avoir passé les gaines. C’est un travail de longue haleine et qui peut s’avérer très onéreux. Autant lors de la construction d’une maison, l’installation d’une VMC, même très technique, ne crée pas de problèmes insurmontables car tout est déjà prévu à l’avance pour ce genre d’appareil, autant dans le bâtis ancien les difficultés techniques peuvent vite surgir.

Si vous êtes bricoleur

Pour intégrer une VMC dans une maison ancienne, les professionnels sont là pour vous aider. Suivant le degré de difficultés, les artisans chargés de la mission que vous leur avez confiée vont mettre plus ou moins de temps. Pour avoir une idée du coût total, comptez 45 euros/h voire 60 euros/h. Après avoir fait vos calculs, si l’intervention d’un artisan vous semble hors de prix, vous pouvez vous lancer dans l’installation du matériel que vous venez d’acheter.

En règle générale, une VMC simple flux est relativement facile à mettre en place pour un bricoleur dit moyen voire expert. Cette règle est valable pour une installation en maison neuve et beaucoup moins vraie pour de l’ancien. Si vous avez le cœur à l’ouvrage vous pouvez vous faire aider en visionnant des tutos sur le sujet ou en faisant appel aux conseils d’un expert dans le domaine.